Est-il vraiment intéressant d’emprunter à 3 % avec une inflation à 6.20 % ?

inflation

Alors que l’inflation s’établit à 6.20 % pour la période novembre 2021-novembre 2022, de nombreux professionnels de l’Immobilier estiment que les emprunteurs souscrivent aujourd’hui des prêts à « taux réels négatifs » ; une bonne affaire en théorie.

Les taux de crédit immobilier sont en train de flamber : tandis qu’un emprunteur pouvait espérer un crédit à moins de 1 % sur 20 ans en février 2022, le taux pour la même durée devrait se négocier aux alentours des 3 % à horizon premier trimestre 2023.

Malgré tout, de nombreux acteurs du marché immobilier conseillent aux personnes ayant un projet immobilier de se lancer sans attendre. Selon eux – en dépit d’une inflation actuellement à 6.20 % sur le territoire national pour la période novembre 2021-novembre 2022,d’après l’Insee – la période serait même particulièrement propice.

Un emprunt avantageux, quand il est possible
En période d’inflation, votre budget logement, si vous êtes locataire, risque d’augmenter même s’il y a en ce moment un encadrement des loyers fixé à 3.50 %. En revanche, quand vous empruntez pour un achat immobilier, votre mensualité reste toujours la même.

Ce qui veut dire que vous gravez cette dépense dans le marbre pour les vingt prochaines années. Une bonne nouvelle alors que le reste du budget (Alimentation, Énergie…) progresse, le Logement étant tous les mois le plus gros poste de dépenses des ménages français.

Au moment de souscrire un crédit immobilier, les emprunteurs ne doivent pas dépasser un taux d’endettement fixé à 35 %. Pour rappel, le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) oblige depuis le 1er janvier 2022 à ne pas aller au-delà de ce ratio entre les charges d’emprunt et les revenus des acheteurs ; or, ce ratio diminue à mesure que l’inflation augmente.

Cela n’est toutefois valable qu’à la condition que les revenus augmentent, dans l’idéal autant que l’inflation, ce qui est loin d’être toujours le cas…

En 2023, les salaires devraient augmenter de 4 % en moyenne. Ainsi, et pour peu que les revenus de l’emprunteur progressent dans les mêmes proportions, la part dédiée au remboursement de l’emprunt immobilier est logiquement moindre qu’en début de prêt.

Une épargne forcée
Deuxième bénéfice, le remboursement de votre emprunt immobilier s’apparente à une épargne forcée. Vous vous construisez un patrimoine immobilier et cela permet aussi de lutter contre l’inflation car votre bien ne va à priori pas se dévaluer.

Aujourd’hui, acheter sa résidence principale, c’est s’assurer un patrimoine pour demain.

Cependant, tout le monde ne peut pas emprunter dans le contexte actuel, à l’aune des fortes hausses des prix.

Avec l’inflation, vos dépenses contraintes (Alimentation, Énergie) augmentent, et le reste-à-vivre diminue mécaniquement, il est donc plus compliqué pour les ménages d’emprunter.

Par exemple, les personnes touchant le Smic n’ont pas forcément intérêt à acheter en période d’inflation, car à court terme, elles sont fortement pénalisées par la hausse des taux et des prix immobiliers, et ce, en dépit du fait que le salaire minimum a été revalorisé.

Pour ceux qui le peuvent, il est donc toujours intéressant d’emprunter, et ce quelle que soit la période. Et cela est encore plus vrai pour l’investissement locatif : Investir en période d’Inflation est très intéressant car la mensualité que vous réglez reste fixe, alors que les loyers que vous percevez continuent d’augmenter et prennent une part croissante de votre remboursement.

Précision : Les informations contenues dans cet article n’engagent que le rédacteur et ne sauraient se substituer à un conseil financier spécifique. Elles ne sont valables qu’à la date de leur rédaction uniquement.

Jeremy ESSERYK
Conseiller en Investissements Financiers
Courtier en assurances et en prêts bancaires en Europe
office@kne-ltd.com