Passer par un courtier, plus qu’une affaire de meilleur taux

courtier

Selon une récente étude, les courtier en prêts immobiliers sont de plus en plus sollicité.
La remontée des taux pourrait d’ailleurs le rendre encore plus incontournable pour les particuliers, même si certaines banques font de la résistance.

Le courtier en crédit immobilier est-il toujours incontournable à l’heure de trouver son prêt ?
Un sondage de février dernier, montrait que 39 % des Français avaient eu recours à un courtier pour leur crédit immobilier (contre 40 % début 2021). Une légère baisse qui s’explique en partie par le durcissement des conditions de financement lié aux nouvelles règles du Haut conseil de stabilité financière depuis le 1er janvier.

Une autre étude publiée en mars, atteste cependant que les courtiers gardent la cote : 70 % des personnes interrogées estiment ainsi qu’un courtier améliore les chances d’obtenir un crédit (+ 9 points en un an).

Accompagner et chercher des solutions
Faire appel à un courtier n’est pas seulement une question de taux : au départ, les emprunteurs cherchaient des solutions pour se faire financer ; l’on faisait appel à un courtier quand on ne parvenait pas à trouver un financement.
Aujourd’hui, les exigences sont autres.
Le courtier est le tiers de confiance entre les banques et les emprunteurs ; il accompagne le dossier jusqu’à la signature, ce qui explique peut-être que ce service est particulièrement sollicité par les emprunteurs de moins de 35 ans qui ont besoin de se sentir accompagnés dans le cadre de leur première acquisition immobilière.

La recherche du meilleur taux de crédit est certes important, mais la pédagogie et la sécurisation du projet sont essentielles.

La hausse des taux change la donne
La remontée actuelle des taux change passablement la donne : il ne s’agit plus seulement de trouver la meilleure offre mais bien de s’assurer que le dossier est viable.

De plus en plus de clients dont le dossier a été refusé par une banque se tournent actuellement vers des courtiers : « aujourd’hui, les politiques commerciales sont très changeantes et de manière rapide. Nous avons récupéré des clients qui avaient fait une simulation à la banque et qui se sont fait retoquer au moment de faire le prêt, car les conditions avaient changé entre temps », témoigne l’un des courtiers acteur de ce Marché.
La hausse rapide des taux d’emprunt et la baisse du taux d’usure pour les prêts de 20 ans et plus, compliquent en effet la donne pour certains acquéreurs.

Crédit immobilier : les banques en ligne en difficulté face à la hausse des taux ?
Pour réussir à faire passer un dossier, il est possible de jouer sur le coût de l’assurance emprunteur.
Celui-ci est souvent plus important que les intérêts du crédit à rembourser. Pour Maël Bernier, porte-parole de Meilleurtaux, c’est d’ailleurs sur ce terrain que le courtier peut vous obtenir une ristourne significative : « Aujourd’hui, l’assurance, c’est quasiment le seul point sur lequel vous pouvez faire des économies, pour faire baisser le coût total du TAEG. Le travail du courtier devient donc de plus en plus important sur cette partie-là. »

Précision : Les informations contenues dans cet article n’engagent que le rédacteur et ne sauraient se substituer à un conseil financier spécifique. Elles ne sont valables qu’à la date de leur rédaction uniquement.

Jeremy ESSERYK
Conseiller en Investissements Financiers
Courtier en assurances et en prêts bancaires en Europe
office@kne-ltd.com